Vous êtes ici

-A +A

Francisco FERRER : L’HOMME

HAUTE ECOLE FRANCISCO FERRER VILLE BRUXELLES ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Ferrer i Guardia naquit le 10 janvier 1859, à Allela, près de Barcelone, de parents agriculteurs aisés, monarchistes et catholiques, qui l’élevèrent selon les traditions en vigueur.

En 1873, il fut envoyé à Barcelone pour y travailler dans le commerce. Il eut pour patron un anticlérical militant, qui exerça sur lui une influence forte et qui l’introduisit dans les milieux républicains, anticléricaux et libres penseurs. Francisco Ferrer adhéra rapidement à ces mouvements et rejoignit la franc-maçonnerie, à ce moment lieu traditionnel de la pensée libérale et de la conspiration politique en Espagne.

Vers 1880, il prit un nouvel emploi, aux chemins de fer, sous la casquette de contrôleur, sur la ligne Barcelone-Cerbère. Cela l’amena à faire passer des réfugiés politiques -pour la plupart anarchistes poursuivis- de l’Espagne vers la France. Il agit également comme messager et comme courrier auprès d’officiers de l’armée qui cherchaient à fomenter un coup d’Etat républicain.

Quand, en 1886, le général Villacampa se prononça en faveur de la république, Ferrer participa à une tentative de coup d’Etat catalan qui avorta, et fut à son tour obligé de s’exiler. Il vécut pendant seize années à Paris, jusqu’en 1901.

À cette époque, il fit des lectures (Spinoza, Lessing, Comte), des rencontres (Elisée Reclus, Jean Jaurès, Kropotkine, Paul Robin) et des voyages (Londres, Paris, Bruxelles) qui renforcèrent son volontarisme. Il acquit la certitude que les choses pourraient changer par l’énergie des hommes. « Je suis un révolté », écrivait-il. Et de fait, les structures de son temps -à commencer par les structures cléricales- le heurtaient profondément: « La religion empêche la liberté de conscience. (...) La bête obéit. L’homme n’a pas à obéir. Il a à comprendre la raison de ses actes et les circonstances qui les suscitent ».

Il poursuivit son cheminement en fréquentant les cercles républicains et anarchistes et fit son entrée au Grand Orient de France. Dans ces milieux, les questions éducatives et scolaires étaient particulièrement présentes.

Durant un moment, il travailla, notamment comme secrétaire, pour le compte de Ruiz Zorilla, l’un des officiers rencontrés avant 1886.

En 1901, il rentra à Barcelone pour fonder son Ecole Moderne, dans un contexte de grande agitation sociale et politique, marqué par la crise de la monarchie espagnole et la montée d’un mouvement ouvrier organisé. La suspicion des milieux conservateurs à son égard ne fit que se renforcer.

En juillet 1909, les événements politiques en Espagne devinrent incontrôlables. La population se leva contre l’envoi de réservistes au Maroc. L’Espagne voulait s’engager dans une guerre destinée à aller prendre des territoires et des mines réclamées par des hommes d’affaires les ayant achetées à vil prix à quelque « prétendant éphémère ». Les Marocains, qui ne reconnaissaient pas le marché conclu, résistaient et il fallait cinquante mille hommes pour les combattre.

Des protestations spontanées éclatèrent, une grève générale s’ensuivit qui déboucha sur cinq jours d’émeutes; un attentat fut perpétré, par un ancien collaborateur de Ferrer, Mateo Morral. Ce fut la Semaine Tragique ou Sanglante, selon.

Ferrer fut à nouveau arrêté et emprisonné, en raison de sa participation présumée aux troubles dont on le rendit responsable. On voulut ainsi en faire le chef du mouvement anticlérical. On le décrivit comme « le comptable de la puissance accrue du laïcisme et du rationalisme, le véritable déclencheur du fléau qui ravageait la Sainte-Mère l’Eglise et mettait à feu l’Espagne tout entière ».

On le fusilla, à Montjuich, le 13 octobre 1909, au terme d’un simulacre de procès. Le 5 novembre 1911, la statue au flambeau symbolisant le triomphe de la lumière sur l’obscurantisme fut érigée à Bruxelles. Cette annéelà, son procès fut révisé et sa condamnation, reconnue erronée.

M. Brookes-Salengros, G. Mayer, G. Amoris et M-J Stallaert.,
« Ferrer, un homme, une époque, un combat », 2009, p. 3, 4.

Partagez !

Coordonnées

rue de la Fontaine 4
1000 BRUXELLES

Tél : +32 2 279 58 10
Fax : +32 2 279 58 29

 Coordonnées

Siège social
rue de la Fontaine 4
1000 BRUXELLES

Tél : +32 2 279 58 10
Fax : +32 2 279 58 29

Nos implantations

          Créé et hébergé
          par GIAL  GIAL